La vie fragile des déesses vivantes népalaises

Maria Contreras Coll a photographié les coulisses d'une des traditions religieuses les plus critiquées au monde : les Kumaris, ces petites filles censées incarner la force de la divinité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand, en 2017, la photographe espagnole Maria Contreras Coll a visité Katmandou, au Népal, elle a été frappée par les incroyables histoires des déesses vivantes du pays. Des jeunes filles, qui, entre trois et six ans, sont choisies par les grands prêtres pour représenter physiquement la force de la divinité féminine, ou devi. Tout le monde, des rois aux reines, en passant par les dirigeants politiques et les habitants lambda, se ruent en masse dans les temples de Katmandou et de Patan pour apercevoir l’une d’elles. Selon la légende, cela porterait chance.