Libéré, l’activiste Ramy Shaath prévient : « L’Égypte est au bord de l’explosion »

Figure de la révolution de 2011, Ramy Shaath vient d’être libéré après deux ans et demi de détention arbitraire en Égypte. « J’ai vu des gens frappés. J’ai entendu des histoires horribles de torture. » Il exhorte les dirigeants internationaux à agir contre les violations des droits humains au pays du maréchal Al-Sissi.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Activiste égyptien et palestinien, figure des mobilisations de la place Tahrir en 2011, Ramy Shaath a passé 918 jours en prison, détenu arbitrairement par le régime du maréchal Abdel Fattah al-Sissi. Il a été libéré le 8 janvier, après une forte mobilisation internationale.

Dans un entretien à Mediapart, il raconte les conditions « inhumaines » de sa détention. « J’ai vu des gens frappés. J’ai entendu des histoires horribles de torture. » Il décrit une « Égypte de la peur », « contre le peuple, pour le forcer à se taire », où les figures de la société civile sont réprimées, avec des milliers de détenus arbitraires. « La répression est systématique. Ces dernières années, elle n’a fait qu’empirer. »

Il exhorte les dirigeants internationaux à « ne plus rester silencieux » sur les violations des droits humains en Égypte : « Depuis sept ans, dit-il, la diplomatie polie n’a pas marché. »

Entretien aux côtés de son épouse, Céline Lebrun-Shaath, qui a mené la campagne pour sa libération.

Montage réalisé par Martin Bessin.

À la Une de Mediapart

France — Enquête
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
France — Politique
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Europe — Reportage
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Entreprises
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne