Bolsonaro rejette le confinement et s’isole politiquement

Par

Avec 4 256 cas et 136 morts dimanche, la pandémie est en pleine expansion au Brésil, où le système de santé menace de s’effondrer. Pourtant, le président brésilien refuse obstinément de prendre des mesures de quarantaine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.– « Nous devons revenir à la normalité. […] De mon côté, grâce à mon passé d’athlète, si je venais à être contaminé, je n’aurais pas à m’inquiéter. Je ne sentirais rien d’autre qu’une petite grippe. » En un bref discours d’à peine cinq minutes, Jair Bolsonaro enterre les derniers espoirs de ceux, rares, qui osaient espérer une réaction rationnelle du président contre le coronavirus.