En Turquie, l’opposition de gauche pro-kurde est confrontée à «une hostilité énorme»

Par

Arrestations, procès bidon, campagnes médiatiques hostiles, appels au lynchage et bientôt, sans doute, interdiction de leur parti... Il faut des nerfs solides pour militer au Parti démocratique des peuples (HDP), la formation de gauche et pro-kurde dont Erdogan veut se débarrasser.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie).– Non, la prison ne fait pas peur à Hüda Kaya. « De toute façon, vous pensez qu’en tant que députée je suis libre ? À chaque pas que je fais, je suis confrontée à une hostilité énorme, à une soif de lynchage. Je le vis partout, à l’aéroport, dans la rue, à l’arrêt de bus », affirme l’élue du Parti démocratique des peuples (HDP), cette formation de gauche et pro-kurde dont les autorités turques ont juré la perte.