«Erdogan doit stopper sa politique étrangère aberrante»

Par

Entretien avec Sevim Dagdelen, députée allemande d'origine turque, membre de Die Linke, mise en cause par le président turc Recep Tayyip Erdogan pour avoir voté la reconnaissance du génocide arménien le 2 juin dernier. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin, de notre correspondant.- Membre de la commission des affaires étrangères du Bundestag et rapporteur pour la Turquie pour le parti de gauche Die Linke, Sevim Dagdelen est aussi l’une des 11 députés allemands d’origine turque qui ont été publiquement attaqués par le président turc Recep Tayyip Erdogan parce qu'ils ont voté en faveur de la reconnaissance du génocide arménien le 2 juin dernier. Erdogan les considère comme des « traîtres à la nation turque ». Sevim Dagdelen ne dénonce pas seulement les orientations dictatoriales du président turc, mais aussi sa stratégie de manipulation des communautés turques à l’étranger, ainsi que l’aveuglement de l’Union européenne qui n’a rien à gagner à se soumettre au chantage d’un tel « despote ». Entretien.