Vladimir Poutine fige la Russie dans le conservatisme

Par

La Russie vote jusqu’à mercredi 1er juillet sur des amendements à sa constitution, dont les accents très conservateurs inquiètent. Ils sont surtout une façon pour le président russe de rester le maître du système qu’il a construit.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Moscou (Russie).– Le timing était parfait. Deux semaines avant le référendum sur la réforme constitutionnelle voulue par le pouvoir russe, le patriarche orthodoxe Kirill bénissait la nouvelle et clinquante « Cathédrale des forces armées russes », en compagnie du ministre de la défense Sergueï Choïgou. Le 22 juin, c’était au tour de Vladimir Poutine de venir saluer l’édifice immense, couleur vert kaki, construit dans le « Parc patriote » près de Moscou, une sorte de parc d’attractions pour amateur de chars, d’histoire militaire et de stands de tir.