De notre correspondante à Genève. - « Pas un seul des Libyens à qui j’ai parlé ne pense qu’il ait pu se jeter dans le Danube, ou qu’il ait soudainement ressenti une douleur au cœur avant de glisser silencieusement dans la rivière. » Cette remarque est extraite d’un mail écrit le 7 juin 2012 par Chris Stevens, tout juste nommé ambassadeur des États-Unis en Libye, et elle porte sur la mystérieuse « noyade » de Choukri Ghanem à Vienne une semaine auparavant.