Les indépendantistes catalans piégés par les élections du 21 décembre

Par

La convocation d’élections anticipées en Catalogne par Mariano Rajoy a pris de court les partis indépendantistes. À peine leur « république » proclamée, leur récit a déjà volé en éclats. Le départ de Carles Puidgemont pour Bruxelles, où il semble vouloir demander l’asile politique, n’arrange rien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Barcelone (Espagne), envoyé spécial.– Dans une tribune publiée dimanche par le quotidien catalan El Punt Avui, l’ex-numéro deux de l’exécutif catalan, Oriol Junqueras, avait prévenu ses troupes : « Nous devrons prendre des décisions qui ne seront pas toujours faciles à comprendre. » Et de préciser : « Il nous faut recomposer nos forces et nos stratégies, face à l’attaque perpétrée contre nos institutions. » Le chef de la Gauche républicaine catalane (ERC), l’une des figures de l’indépendantisme catalan, faisait référence entre les lignes au dilemme ouvert par les élections anticipées du 21 décembre.