La chanson engagée résonne de nouveau dans les rues du Chili

Par

La révolte sociale qui secoue le Chili se fait en musique. Elle puise dans une tradition qui remonte au gouvernement de Salvador Allende, le président socialiste qui s’est suicidé lors du coup d’État de 1973. Les chansons de Víctor Jara, tuée par la junte la même année, figurent parmi les reprises les plus populaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le premier président de gauche au Chili, Salvador Allende – qui s’est suicidé le 11 septembre 1973 en plein coup d’État militaire mené par Augusto Pinochet –, avait l’habitude de dire : « Il n’y a pas de révolution sans chansons. » À l’occasion de la révolte sociale de ces derniers jours, les Chiliens l’ont, une nouvelle fois, démontré.