Du FMI ou de Bruxelles, qui est le plus sévère avec l'Irlande?

Par
Les marchés financiers ont mal réagi, lundi 29 novembre, à l'annonce du plan d'aide à l'Irlande, pourtant bouclé en catastrophe pour les rassurer. Toute la semaine dernière, durant l'élaboration de ce plan, le FMI et l'Union européenne se sont opposés sur bon nombre de dispositions. Le plus intransigeant n'est pas forcément celui que l'on croit...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Heureusement que le FMI est dans les négociations...» Ce n'est pas une blague: dans une Irlande en pleine crise, la phrase, entendue à plusieurs reprises ces derniers jours dans la bouche d'économistes et observateurs inquiets, traduit un état d'esprit assez répandu sur l'île. Face à l'intransigeance de l'Union européenne pour négocier le plain d'aide, tout s'est passé comme si le Fonds monétaire international (FMI) avait presque fait figure d'allié, pour adoucir les angles de la rigueur.