Podemos à l'assaut de la rue

Par

Une semaine après la victoire d'Alexis Tsipras en Grèce, les Espagnols de Podemos organisent une « marche pour le changement » samedi à Madrid. Sans véritable mot d'ordre, mais avec un objectif officieux, pour le mouvement anti-austérité de Pablo Iglesias : donner des gages aux mouvements sociaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Podemos devait rassembler samedi dans les rues de Madrid des dizaines de milliers de personnes lors d'une « marche pour le changement », contre la « caste » des politiques au pouvoir. C'est une première pour le mouvement de Pablo Iglesias, surgi il y a un an dans un petit théâtre de Madrid (le 17 janvier 2014), aujourd'hui donné favori, selon certains sondages, pour les législatives de la fin d'année 2015.

« Nous serons à l'étroit à Puerta del Sol », a pronostiqué Iñigo Errejón, numéro deux de Podemos, en référence à cette place au cœur de Madrid, qui avait servi de décor à la naissance du mouvement « indigné » en 2011. D'après lui, il s'agit « non pas de la mobilisation d'une formation politique, mais d'une mobilisation populaire et citoyenne, autour d'une nouvelle majorité ». Quelque 260 bus partis de province devaient converger vers le centre de la capitale. Sur le site conçu pour l'événement, des photos noir et blanc d'une foule rappellent – sans le dire explicitement – l'imaginaire de la République espagnole.