Le choix de Merkel de sortir du nucléaire installe les Verts au centre du jeu

Par
En décidant la fermeture des centrales nucléaires allemandes d'ici 2022, Angela Merkel répond à une forte demande de l'opinion et tente un coup politique censé la remettre en selle. Elle conforte aussi le poids politique des Verts, qui accumulent les succès électoraux dans les Etats régionaux, visent la mairie de Berlin en septembre et la Chancellerie en 2013.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au plus mal dans les sondages, contestée de toutes parts même dans son propre camp, alliée à un parti libéral en coma dépassé, la chancelière Angela Merkel a donc tenté une (ultime?) mue politique avec une annonce choc: d'ici 2022, l'Allemagne va éteindre ses dix-sept réacteurs nucléaires. Les plus vieux, mis en sommeil depuis l'accident nucléaire de Fukushima, ne redémarreront pas. Il n'y aura pas de retour en arrière possible, assure le gouvernement.