Tsipras: « S'il n'y a pas encore d'accord, ce n'est pas à cause de notre intransigeance »

À la veille d'une semaine de dernières négociations entre la Grèce et ses créanciers, le premier ministre grec Alexis Tsipras défend l'action de son gouvernement dans une tribune publiée dans Le Monde ce dimanche.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

À la veille d'une semaine de dernières négociations entre la Grèce et ses créanciers, le premier ministre grec Alexis Tsipras défend l'action de son gouvernement dans une tribune publiée dans Le Monde ce dimanche.

« Il faut donc dire les choses comme elles sont : si nous ne sommes pas encore arrivés à un accord avec nos partenaires, ce n’est pas à cause de notre intransigeance ou de positions incompréhensibles, estime le premier ministre grec. Cela serait plutôt à cause de l'obsession de certains représentants institutionnels qui insistent sur des solutions déraisonnables en se montrant indifférents à l’égard du résultat démocratique des récentes élections législatives en Grèce ainsi qu’à l’égard des positions d’institutions européennes et internationales qui se disent prêtes à faire preuve de flexibilité pour respecter le verdict des urnes. »

À lire dans Le Monde.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale