EUROPE Analyse

Pourquoi la droite espagnole résiste aux affaires de corruption

Le phénomène de la corruption en Espagne est au centre du débat politique. Pour autant, la corruption a-t-elle une influence sur les résultats électoraux ? Plutôt non, répondent les chercheurs consultés par infoLibre, qui expliquent comment le Parti populaire, pourtant entaché de multiples scandales de corruption, a pu remporter le dernier scrutin législatif.

La rédaction d'infoLibre et Daniel Ríos

31 août 2016 à 17h30

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

C’était au mois de février 2016. Neuf des dix conseillers du Parti populaire (PP), dans la ville de Valence, étaient accusés d’un délit présumé de blanchiment d'argent dans l’affaire Taula. La porte-parole du parti, Rita Barberá, acceptait de son propre chef de prendre la parole au tribunal à ce sujet. Un mois plus tôt seulement, en janvier, le PP était devenu le premier parti politique de l’histoire de la démocratie espagnole à être inculpé, la justice l'accusant d'avoir détruit les disques durs des ordinateurs de son ancien trésorier Luis Bárcenas. Malgré cela, le 26 juin, le parti conservateur remportait une incontestable victoire aux élections avec 33 % des votes, 4,2 points de plus par rapport aux résultats de décembre. 

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Migrations — Reportage
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. Des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Discriminations — Enquête
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
France — Enquête
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Dossier. L’affaire Tapie
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik