Le Maroc en ébullition après la mort d'un poissonnier

Par Le Desk

Le mouvement d’indignation qu’a suscité la mort d'un vendeur de poisson, broyé par un camion-benne, ne fléchit pas. Manifestations et sit-in contre la « hogra » continuent dans plusieurs villes, alors que les autorités tentent de désamorcer la crise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La mort tragique d’un vendeur de poisson broyé par une benne à ordures continue de susciter une vive émotion à Al-Hoceima, au nord du Maroc, et dans une quarantaine de villes et localités à travers le Maroc où les manifestations et sit-in se succèdent depuis vendredi 28 octobre 2016, mais aussi et surtout sur les réseaux sociaux. Une vague de colère a enflammé la Toile dans un mouvement quasi unanime, accusant les autorités d’être responsables de son décès. Deux hashtags en arabe,  #طحن_مو  (Broie-le !), et #كلنا_محسن_فكري (Nous sommes tous Mouhcine Fikri) sont en tête des tendances sur Twitter.