Isaac Rosa, écrivain: «Ma génération est sortie de la fac sans rien savoir du franquisme»

Par

Les fouilles lancées pour retrouver le corps de Federico Garcia Lorca, fusillé en 1936 dans les environs de Grenade, n'ont rien donné. Mediapart poursuit, avec l'écrivain Isaac Rosa, la publication d'entretiens sur les mémoires du franquisme publiés à la faveur d'une série: Les carrefours de l'Espagne. Dans La mémoire vaine, Rosa, né en 1974, tente de s'approprier un passé autoritaire qui ne lui a jamais été raconté. «La guerre civile est fondamentalement mal écrite», lâche-t-il aujourd'hui. Entretien avec l'un des écrivains espagnols les plus prometteurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Isaac Rosa, né en 1974 à Séville, est l'auteur d'un grand livre publié en 2004 : La mémoire vaine (Christian Bourgois). Le récit d'une appropriation, par la génération qui n'a rien connu du franquisme, d'un passé autoritaire qu'on lui a caché. «C'est un fait avéré que dans ce pays la mémoire se met habituellement en marche avec un retard de quatre ou cinq décennies, une fois que les questions, les hommages, les réhabilitations ou les attaques sont devenus parfaitement inoffensifs», écrit le narrateur de ce texte imparable, aux épaisseurs multiples: recensions critiques des livres d'histoire, vrais faux témoignages de l'époque, articles réécrits de la presse franquiste, élans de fiction, etc.