Jean-Marie Tjibaou, le Kanak qui rêvait d’indépendance

Par Mehdi Lallaoui

Édouard Philippe sera en Nouvelle-Calédonie du 30 novembre au 6 décembre, en prévision du référendum sur l’autodétermination de novembre 2018. Mediapart diffuse le portrait de Jean-Marie Tjibaou, ex-leader du FLNKS, qui accepta le dialogue avec Paris pour tracer la voie d’une décolonisation en douceur, avant d’être assassiné en 1989.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 4 mai 1989, Jean-Marie Tjibaou, alors leader du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS), est assassiné par l’un des siens. Il avait signé, un an plus tôt, les accords de Matignon acceptant le dialogue avec l’État français, malgré le massacre d’Ouvéa. À travers l’engagement de ce pacifiste pragmatique, ce documentaire retrace l’histoire de la marche du peuple kanak en quête de son indépendance.