Portfolios

En Irak, « le bonheur, c’est d’être vivant, juste vivant »

12 photos

En Irak, les arbres généalogiques sont jonchés de branches à terre, troués par les balles, les bombes, les obus. Quarante ans de conflits, d’ingérences et d’extrémismes ont fait du pays, l’un des plus avancés du Moyen-Orient en 1980, une nation exsangue de martyrs, de veuves et d’orphelins. La longue guerre contre l’Iran a ouvert un cycle ininterrompu de violences et bains de sang. Mais un peuple, même sacrifié, ne se résout jamais à boire la mort. De Bagdad la capitale au sud, rural et tribal, Mediapart est allé à sa rencontre.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Rachida El Azzouzi

    Banlieue de Bassorah, sud de l’Irak, avril 2021. Zeinab Oda Faraj égrène un chapelet et des louanges à Dieu. Son mari est mort en 2016 à l’autre bout du pays, à Mossoul, alors capitale du « califat » de Daech, « l’État islamique en Irak et au Levant ». Abattu par des djihadistes. Martyr. Zeinab est veuve, leurs six enfants, orphelins. Ils sont chiites, la communauté musulmane majoritaire en Irak. Ils vivent dans la banlieue de Bassorah, la grande ville du sud, dans un quartier informel, aux canaux asséchés, inondés d’immondices, où d’autres guerres se jouent : l’accès à l’eau potable, à l’électricité, aux soins.

    Avec pour seul revenu une pension de veuvage de moins de 200 dollars, chaque jour est « une épreuve » pour nourrir les enfants. Le plus jeune, 7 ans, joue à cache-cache avec son tchador noir. L’aîné, 27 ans, a quitté l’école pour travailler et occuper la place du père, le pivot d’une société gouvernée par les normes patriarcales, tribales et religieuses. Il alternait petits contrats journaliers d’ouvrier et chômage jusqu’à un grave accident de la route lors d’une mission avec le « Hachd Al-Chaabi », « la mobilisation populaire ». Le bataillon de civils et milices, formé pour éradiquer la machine totalitaire sunnite de Daech, est aujourd’hui une solution au désœuvrement de la jeunesse chiite.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 7 photos
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Portfolio — 13 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 15 photos
par Guillaume Binet / MYOP avec Sara Cincurova
Portfolio — 17 photos
par Antoine Béguier

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — France
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — France
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal — France
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte