En Louisiane, 100 jours après l’ouragan Trump

13 photos

Depuis 100 jours, Donald Trump est à la Maison Blanche. Dans l’État de Louisiane, au sud-ouest des États-Unis, il a recueilli 60 % des suffrages en novembre dernier. De bar en bar, de Opelousas à La Nouvelle-Orléans en passant par Baton Rouge, Patrick Artinian et Louise Oligny ont rencontré ceux qui symbolisent le métissage des cultures et le mixage des musiques. Entre fatalisme et activisme, ils racontent leur « gueule de bois », leurs inquiétudes, leurs résistances…, non sans échos avec l’entre-deux-tours de la présidentielle française.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Patrick ARTINIAN et Louise OLIGNY

    Ils sont une petite dizaine, parfois moins, généralement des retraités plutôt aisés mais pas uniquement, des Noirs, des Blancs, d’anciens profs, des docteurs… Ils ont souvent soutenu Bernie Sanders. Aucun n’a voté Donald Trump. Ils se retrouvent le matin au Café Nicaud, sur Frenchmen Street, à La Nouvelle-Orléans, avant de migrer, l’après-midi, 20 mètres plus loin, au Marigny, pour siroter une bière. Ce jour-là, ils parlent de tout, de rien, parfois de politique et tentent encore et encore de comprendre comment Trump a pu être élu.

    « Si l’on considère qu’il y a 35 % de vrais fascistes aux USA, que de nombreuses voix de Bernie Sanders ne se sont pas reportées sur Hillary Clinton, on peut comprendre, affirme Al Jackson, conservateur d’un petit Musée du jazz dans Tremé.
    Les gens sont inquiets et Hillary Clinton n’a pas su rassurer les ouvriers et les classes moyennes blanches, déplore Chuck.
    J’ai lu quelque part que l'espérance de vie des Noirs avait sensiblement augmenté, rattrapant quasiment celle des ouvriers blancs qui avait baissé. À mon avis, les “petits Blancs” ont paniqué, lance un Noir, patron de café.
    Je pense que nous sommes passés dans la quatrième dimension, explique Kent, un artiste, ami de Chuck, un monde où personne ne sait vraiment où l’on se trouve. Même Trump est surpris. Je sais que ça peut paraître ridicule, mais j’ai lu le livre d’un écrivain qui expliquait qu’il entrait en télépathie avec des moines tibétains qui lui ont expliqué que le système planétaire se déplaçait vers un autre endroit de la galaxie, ce qui implique que notre monde touche à sa fin, termine-t-il avec un sourire.
    – C’est incroyable de constater le niveau des études dans ce pays. Certains étudiants diplômés n’ont jamais entendu parler du socialisme ou des idées marxistes, regrette un prof retraité.
    – Dans ce pays, c’est toujours les capitalistes qui décident du résultat des élections, mais depuis quelque temps, les capitalistes sont déboussolés. Ils ne savent plus ce qu’ils sont ni ce qu’ils veulent
    , affirme un autre prof.
    – Mais si Trump dit qu’il veut ramener l’emploi en Amérique, peut-être qu’il va le faire », conclut un vieux Noir. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti
Portfolio — 20 photos
par Sadak Souici (photos) et Théophile Simon (texte)

À la Une de Mediapart

Journal — International
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Politique
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Économie et social
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal — Politique
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani