Expulsés des Jeux olympiques: «Pourquoi on ne peut pas rester?»

16 photos

Au moins 400 personnes vont perdre leur logement en raison de la construction du village olympique pour les Jeux que Paris accueillera en 2024. Des entreprises employant près d’un millier de personnes doivent déménager. Mediapart a passé une semaine avec les expulsés des Jeux et leur donne la parole. Le Comité international olympique tient une réunion de « revue de projet » les 26 et 27 novembre à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Louise Oligny

    Saint-Denis, novembre 2019. C’est ici que le village olympique doit ouvrir durant l’été 2024 : dans ce quartier de Saint-Ouen qui ne porte pas vraiment de nom, entre la vieille ville audonienne et la Cité du cinéma de Luc Besson, en bordure de Saint-Denis et de l’Île-Saint-Denis. Une fois les meilleurs athlètes mondiaux partis, il deviendra un éco-quartier, destiné à accueillir jusqu’à 6 000 habitant·e·s et 6 000 salarié·e·s.

    Mais ce territoire banlieusard, ancien havre industriel, où la société Esso entreposa longtemps ses cuves de carburant, n’est pas vide. Plusieurs centaines de personnes y dorment chaque soir : travailleurs immigrés logés en foyer, étudiants de la grande école d’ingénieurs Supmeca, personnel de la résidence étudiante, du collège Dora-Maar, de l’école maternelle Anatole-France. Plus de 400 personnes vont perdre leur logement pour céder la place au chantier olympique (lire ici notre enquête). Autour d’eux, les entrepôts et sièges de nombreuses entreprises de divers secteurs (plomberie, hôtellerie, restauration, formation de kinésithérapeute, etc.) employant près d’un millier de personnes, selon le volet économique de l’étude d’impact, doivent être rasés à partir de 2020. La Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo), l’établissement public chargé de financer, superviser et livrer les ouvrages et opérations d’aménagement, assure multiplier les propositions pour accompagner et compenser les sortants.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 9 photos
par Clément Marion
Portfolio — 15 photos
par Felipe Fittipaldi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l'opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — France
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux