Expulsés des Jeux olympiques: «Pourquoi on ne peut pas rester?»

16 photos

Au moins 400 personnes vont perdre leur logement en raison de la construction du village olympique pour les Jeux que Paris accueillera en 2024. Des entreprises employant près d’un millier de personnes doivent déménager. Mediapart a passé une semaine avec les expulsés des Jeux et leur donne la parole. Le Comité international olympique tient une réunion de « revue de projet » les 26 et 27 novembre à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Louise Oligny

    Saint-Denis, novembre 2019. C’est ici que le village olympique doit ouvrir durant l’été 2024 : dans ce quartier de Saint-Ouen qui ne porte pas vraiment de nom, entre la vieille ville audonienne et la Cité du cinéma de Luc Besson, en bordure de Saint-Denis et de l’Île-Saint-Denis. Une fois les meilleurs athlètes mondiaux partis, il deviendra un éco-quartier, destiné à accueillir jusqu’à 6 000 habitant·e·s et 6 000 salarié·e·s.

    Mais ce territoire banlieusard, ancien havre industriel, où la société Esso entreposa longtemps ses cuves de carburant, n’est pas vide. Plusieurs centaines de personnes y dorment chaque soir : travailleurs immigrés logés en foyer, étudiants de la grande école d’ingénieurs Supmeca, personnel de la résidence étudiante, du collège Dora-Maar, de l’école maternelle Anatole-France. Plus de 400 personnes vont perdre leur logement pour céder la place au chantier olympique (lire ici notre enquête). Autour d’eux, les entrepôts et sièges de nombreuses entreprises de divers secteurs (plomberie, hôtellerie, restauration, formation de kinésithérapeute, etc.) employant près d’un millier de personnes, selon le volet économique de l’étude d’impact, doivent être rasés à partir de 2020. La Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo), l’établissement public chargé de financer, superviser et livrer les ouvrages et opérations d’aménagement, assure multiplier les propositions pour accompagner et compenser les sortants.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Photos et textes Isabelle Eshraghi
Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti

À la Une de Mediapart

Journal — Économie et social
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d’ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — International
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — International
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Politique
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle