«Las Patronas», nourricières de migrants

Par

Depuis 1995, dans l’État de Veracruz au Mexique, un groupe de femmes nommées « las Patronas » ont pris sur elles de nourrir les migrants d’Amérique centrale qui voyagent à bord du train de marchandises la Bestia afin de rejoindre la frontière des États-Unis. Les Patronas cuisinent chaque jour les sacs de nourriture redistribués aux migrants. Il passe jusqu’à trois trains par jour. Un qui-vive permanent et un geste d’amour à l’arraché sur le bord des voies.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Mur du refuge de las Patronas. C’est au sein d’une ancienne usine d’huile, transformée en refuge, que les Patronas cuisinent les précieux sacs de nourriture. Sur cette façade a été peinte la Vierge Marie et, en fond, le fameux train de marchandises nommé la Bestia, avec des migrants sur ses wagons.

Voir tous les portfolios