Marseille, «l’aspirateur» à voitures

10 photos

Marseille est l’une des villes de France où la pollution atmosphérique est la plus importante. En cause, notamment : l’automobile, favorisée par le manque de transports en commun. Des associations de riverains dénoncent les nuisances engendrées par la toute nouvelle rocade L2, qui contourne le centre-ville, et son prolongement vers le sud de l’agglomération.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Rafael Yaghobzadeh

    « On veut respirer. » Quelques graffitis à la craie sont encore visibles dans le centre de Marseille, progressivement nettoyés par le mistral ou recouverts par des affiches plus récentes. En février dernier, des militants écologistes ont mené une opération coup de poing, « pour faire comprendre aux autorités l’urgence de réduire le nombre de voitures en ville », glisse Nicolas Nace, le référent local de l’organisation Alternatiba. Ce 29 juin, alors que les températures flirtent avec les 40 degrés, les rangs sont plus clairsemés mais une cinquantaine d'activistes de Greenpeace et de diverses organisations citoyennes se sont rassemblés pour tenter de se faire entendre. « Avec une vingtaine de collectifs, nous avons constitué un groupe de réflexion baptisé Alternatives territoriales, et ce dernier a listé 300 propositions pour le Plan climat air énergie de la métropole Aix-Marseille Provence (PACEM) », continue Nicolas Nace.

    Dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) de 2015, les intercommunalités ont pour objectif à l'horizon 2030 une baisse de 40 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, une réduction de 20 % de la consommation énergétique par rapport à 2012, et une part de 32 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie. Parmi les mesures proposées par Alternatives territoriales, le déploiement d'un réseau métropolitain de transport public performant, une vaste rénovation énergétique du parc immobilier ou encore la multiplication des espaces verts en ville. Il y a urgence, selon les données d'Atmosud, l'association agréée par le ministère de l’environnement pour la surveillance de la qualité de l'air de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur : les émissions de dioxyde d'azote (NO2) n'ont été réduites que de 5 % en dix-sept ans dans la métropole Aix-Marseille, contre plus de 20 % à Toulon ou Avignon.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal — France
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin