Portfolios

Nationale 43: sur la route du FN à 50% (et plus)

16 photos

Dans ces villages perdus des Ardennes, on ne rencontre ni la misère ni le désespoir, mais l'aigreur et la colère. Dès le premier tour, le Front national y a atteint des sommets. Sur ce plateau ardennais, en partant de Charleville-Mézières, la nationale 43 traverse des communes qui se sont prononcées dimanche dernier, lors du premier tour des régionales, à plus de 50 % en faveur de la tête de liste Florian Philippot. Rimogne (51 %), Tarzy (61 %), Maubert-Fontaine (50 %), Tremblois-lès-Rocroi (58 %)… Rencontres. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Patrick Artinian

    À Rimogne, sur 1 471 habitants, Grégory Truong est le seul enfant d’immigrés du village. Ce qui ne l’a pas empêché d’être élu maire en 2014, sans étiquette, avec un conseil municipal qui couvre « un très large spectre » de convictions. Il a hésité à nous parler. D’autant, dit-il, que jamais on ne l’a renvoyé à ses origines. Bien sûr, il est marié à une autochtone. Certes, il n’est ni noir ni arabe. « Mais quand même : les habitants m’ont choisi pour les représenter. »

    À 45 ans, Grégory Truong, fonctionnaire territorial à Charleville, cherche désespérément à percer l’épais brouillard qui entoure ce vote à 51 % pour le FN. « Il y a quelque chose ici qui relève de l’insularité. C’est un territoire très replié sur lui-même. On a peur de l’invasion, de l’intrusion alors qu’on n’est pas concernés le moins du monde par cette problématique-là. D’ailleurs, au quotidien, j’en entends peu parler : on m’interpelle pour des problèmes de voisinage. Et comme il n’y a pas de voisins immigrés… » Il y en avait bien un ! Le médecin du village, malgache, qui a exercé là pendant 20 ans. Mais il est parti. La baisse de 50 % de la population immigrée à Rimogne n’a pas empêché le FN de grimper.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 19 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 20 photos
par Photos : Sadak Souici / Agence Le Pictorium | Textes : Théophile Simon
Portfolio — 14 photos
par Édouard Bride (Photos) et Nicolas Montard (Textes)

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi