Pékin underground

Par

Faute de pouvoir payer le loyer d'un appartement, des travailleurs pauvres de Pékin habitent sous terre. Car depuis la fin des années 1990, le gouvernement a autorisé la conversion en logements de 5 500 abris de défense anti-aériens. Lire aussi dans le journal de Mediapart le reportage de Jordan Pouille, correspondant à Pékin.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Il vient du Henan, elle vient du Hebei. Ils se sont rencontrés à Pékin et partagent ensemble un 8 m2.

Voir tous les portfolios