EMMANUELLE FAVIER

Emmanuelle Favier est née en 1980. Elle est l'auteure d'un roman (Le courage qu'il faut aux rivières, à paraître en septembre 2017 aux éditions Albin Michel), d’un recueil de nouvelles (Confession des genres, éditions Luce Wilquin, 2012) et de trois livres de poèmes (À chaque pas, une odeur, Librairie-Galerie-Racine, 2001 ; Dans l’éclat des feuilles vives, éditions de la Musaraigne, 2005 ; Le Point au soleil, Rhubarbe, 2012).

Ses textes apparaissent dans un grand nombre de revues, blogs ou anthologies en France, en Belgique ou au Canada, qu’il s’agisse de nouvelles (Brèves, Rue Saint-Ambroise, Harfang) ou de poèmes (Poésie 1, Arpa, Bacchanales, Lieux d’être, Multiples, Le Journal des poètes, L’Arbre à paroles, Sarrazine, Pas d’ici, pas d’ailleurs…). Sa poésie a été primée à deux reprises.

Elle est également auteure de théâtre et sa deuxième pièce, Laissons les cicatrices (inédit), a reçu le premier prix du concours d’écriture dramatique de la Manufacture des Abbesses en 2013. Elle a en outre publié plusieurs articles critiques (Alternatives théâtrales, Mediapart, Poésie 1, Cahiers de théâtre/Jeu, Altermed…) et a soutenu en 2006 une thèse sur les adaptations au théâtre de l’œuvre et de la vie de Rimbaud.

Elle a participé à de nombreux festivals littéraires (Printemps des poètes, DécOuvrir, Paris littéraire, Festival des jeunes étoiles…) et, de 2008 à 2015, a donné ses textes à entendre avec le guitariste Fabien Montes dans le cadre du duo « Proses électriques ». Entre 2013 et 2015, elle a organisé et animé des rencontres littéraires, notamment à la Maison de la poésie à Paris.

Elle est correctrice-relectrice pour Mediapart depuis 2011.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Au détour des livres (3). Le cas Hélène Bessette: affaire non classée

    Par
    © Famille Brabant © Famille Brabant

    En 2000, un jeune étudiant en histoire fait une découverte littéraire qui changera sa vie. Ce choc s’appelle Hélène Bessette. De cette auteure méconnue, qui a publié 14 ouvrages chez Gallimard, il ne reste que quelques livres disponibles, difficiles à se procurer. Pour Julien Doussinault, c’est le début d’une quête qui aboutira à la réédition de l’œuvre. Entretien.

  • Eric Faye, éclipses derrière un soleil rouge

    Par

    Dans son dernier roman, Éric Faye s’intéresse aux kamikakuchi, ces hommes et ces femmes ordinaires « cachés par les dieux », c’est-à-dire enlevés au Japon par le gouvernement nord-coréen à des fins d’espionnage dans les années 1970-1980. Un puzzle choral déclinant les destins d’une demi-douzaine de personnages entre vérité et fiction, pour décrire une réalité qui, loin de se réduire au fait divers, synthétise les complexités géopolitiques d’une partie du globe.

  • Iain Banks chante l’inanité de l’être

    Par

    À travers les thèmes de la guerre, de l’exil, de l’amour et de la perversion, l’écrivain écossais Iain Banks peint avec Un chant de pierre une fresque poétique cruelle et inquiétante, à une époque imprécise qui tient autant du médiéval que du contemporain et fait du roman une parabole de la barbarie moderne.

  • Robert Lepage, 887 fois lui-même

    Par
    Robert Lepage dans "887" © Érick Labbé Robert Lepage dans "887" © Érick Labbé

    Avec son nouveau spectacle, 887, le metteur en scène et comédien québécois Robert Lepage dessine l'histoire de la Révolution tranquille, qui est aussi le parcours d'une vie. En déclinant des variations autour du thème de la mémoire, il invite à retrouver les éléments qui caractérisent l’espace de ses solos : une narration intime, où il joue (plus ou moins) son propre rôle, et néanmoins tentaculaire, empruntant autant à l’autobiographie qu’à l’Histoire, à l’art qu’aux neurosciences.