Rimbaud et les «Illuminations», déni de paternité

Par

Dans un ouvrage rigoureux paru aux éditions Non Lieu, Yalla Seddiki s’attelle à déconstruire la théorie attribuant les Illuminations de Rimbaud au poète Germain Nouveau. Cette querelle déjà ancienne est symptomatique d’un désir de dépossession aux multiples ressorts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Yalla Seddiki est voué aux figures extrêmes, à celles qui ont partie liée avec le mythe. Après avoir édité l’œuvre du poète et chanteur culte Lounès Matoub (La Découverte, 2003), et alors que paraît ces jours-ci chez Non Lieu son essai sur Guy Debord « automythographe », c’est vers Arthur Rimbaud que l’écrivain et intellectuel se tourne dans un ouvrage rigoureux publié au printemps dernier, également par les éditions Non Lieu. Il s’y attelle à déconstruire la théorie attribuant les Illuminations au poète Germain Nouveau, qui fut l’ami et sans doute l’amant de Rimbaud.