Fabrice Arfi

Co-responsable des enquêtes à Mediapart avec Michaël Hajdenberg.

Ma déclaration d'intérêts est à consulter ici.

#Presse Ancien reporter à Lyon Figaro (1999-2004), à 20 Minutes (2004-2005), co-fondateur de l'hebdomadaire Tribune de Lyon (2005-2007), j'ai également collaboré à l'AFP, au Monde, à Libération, au Parisien/Aujourd'hui en France, au Canard enchaîné...

#Livres Je suis l'auteur (ou co-auteur) de plusieurs ouvrages : D'argent et de sang (Seuil), Avec les compliments du Guide (avec Karl Laske, chez Fayard), Le Sens des Affaires (Calmann-Lévy), Le Contrat (avec Fabrice Lhomme, chez Stock), L'Affaire Bettencourt, un scandale d'Etat (avec Fabrice Lhomme et la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), L'Affaire Cahuzac, en bloc et en détail (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), La République sur écoute (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte). J'ai également co-dirigé avec Paul Moreira l'ouvrage collectif Informer n'est pas un délit (Calmann-Lévy).

#Bande dessinée Je suis le co-auteur avec Benoît Collombat, Michel Despratx, Elodie Guéguen et Geoffrey Le Guilcher de la BD Sarkozy-Kadhafi, des billets et des bombes (La Revue dessinée/Delcourt), dessinée par Thierry Chavant.

#Film Je suis le co-auteur avec Jean-Christophe Klotz d'un documentaire sur l'affaire Karachi, L'argent, le sang et la démocratie, qui a reçu en 2014 le Grand Prix et le Prix du Public du Festival international du Grand Reportage d'Actualité (FIGRA).

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Procès Karachi: les avocats de la défense font bloc contre la procédure

    Par et
    Hervé Temime, l'avocat de Nicolas Bazire. © Reuters Hervé Temime, l'avocat de Nicolas Bazire. © Reuters

    Les deux derniers jours du procès du volet financier de l’affaire Karachi ont été consacrés aux plaidoiries. Tous les avocats des prévenus, de Nicolas Bazire à Ziad Takieddine, en passant par l’ancien ministre Renaud Donnedieu de Vabres, ont plaidé la relaxe. Le jugement sera rendu en avril, vingt-six ans après les faits.

  • Karachi: deux mondes pour un procès

    Par
    Ziad Takieddine (à gauche) et Thierry Gaubert (à droite), deux des prévenus du procès Karachi. Ziad Takieddine (à gauche) et Thierry Gaubert (à droite), deux des prévenus du procès Karachi.

    Le procès du volet financier de l’affaire Karachi donne lieu à la rencontre de deux mondes qui ne se croisent jamais – ou si peu. Le monde des cols blancs, son pouvoir, son argent, sa vanité, incarné par les prévenus. Et celui des cols bleus, des ouvriers et leur colère, incarné par les survivants et familles de victimes de l’attentat de Karachi.

  • Djouhri, un Rastignac des temps modernes cerné par un livre et la justice

    Par
    Alexandre Djouhri, à Londres, en janvier 2018. © Reuters Alexandre Djouhri, à Londres, en janvier 2018. © Reuters

    Double actualité pour Alexandre Djouhri, l’un des principaux protagonistes de l’affaire des financements libyens. Tandis que sort un livre d’enquête, L’Affairiste (Stock), la cour d’appel de Paris doit se pencher, ce 17 octobre, sur une requête de l’intermédiaire sarkozyste qui demande la levée du mandat d’arrêt qui le vise.

  • Ziad Takieddine, l’intermédiaire par qui le scandale arrive

    Par et

    Après des années de démentis, l’homme clé de l’affaire Karachi, l’intermédiaire Ziad Takieddine, a fini par confirmer sa participation aux détournements de fonds sur les ventes d’armes pour la campagne Balladur. Par ses aveux successifs, jusque dans l’affaire des financements libyens, Ziad Takieddine est devenu plus que jamais l’homme à abattre du camp Sarkozy.

  • Karachi: comment Sarkozy s’en est sorti, contrairement à Balladur et Léotard

    Par et
    MM. Sarkozy, Balladur et Léotard. © Reuters MM. Sarkozy, Balladur et Léotard. © Reuters

    Alors que trois membres de son premier cercle, amical et politique, vont être jugés et que lui-même fut cité par des témoins et mis en cause dans des documents, Nicolas Sarkozy s’est sorti du volet financier de l’affaire Karachi sans une égratignure judiciaire. C’est peu de dire que l’ancien président s’est donné le beau rôle dans cette histoire.

  • Karachi, l’affaire d’Etat qui devait rester secrète

    Par et
    De gauche à droite : Nicolas Bazire, Thierry Gaubert et Ziad Takieddine, trois des prévenus du procès Karachi. © Reuters De gauche à droite : Nicolas Bazire, Thierry Gaubert et Ziad Takieddine, trois des prévenus du procès Karachi. © Reuters

    À partir de ce lundi, les responsables présumés des détournements de fonds opérés sur les ventes d’armes du gouvernement Balladur comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris. 173 millions d’euros sont sortis des caisses de l’État et de ses sociétés d’armement au profit d’intermédiaires amis qui organisaient des retours en espèces en France.

  • Corruption en Libye: la Société générale n’est pas tirée d’affaire

    Par
    Patrick Suet (à g.) et Frédéric Oudéa, deux des plus hauts dirigeants de la Société générale, au moment de l'affaire libyenne. © Reuters Patrick Suet (à g.) et Frédéric Oudéa, deux des plus hauts dirigeants de la Société générale, au moment de l'affaire libyenne. © Reuters

    Malgré une amende de 250 millions d’euros payée l’an dernier, une enquête du PNF est toujours en cours sur d’éventuelles responsabilités individuelles au plus haut niveau de la Société générale dans un vaste système de corruption sous Kadhafi. De nouveaux documents obtenus par Mediapart éclairent l’affaire d’un jour nouveau.

  • Financements libyens: le parquet général demande le rejet de la requête de Sarkozy

    Par et
    Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi, en 2007, à Paris © Reuters Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi, en 2007, à Paris © Reuters

    Le parquet général de la cour d’appel de Paris a demandé le rejet intégral de la requête de Nicolas Sarkozy qui réclame la remise en cause de la procédure de l’affaire des financements libyens dans laquelle il est triplement mis en examen. L'ancien président veut choisir ses juges et demande l’immunité présidentielle. Hors de question, répond le parquet général. Audience le 17 octobre.

  • Contre le cartel de l’impunité

    Par
    Le nouveau Palais de justice, à Paris. © Reuters Le nouveau Palais de justice, à Paris. © Reuters

    Un spectre hétéroclite de la classe politique française, qui va des Insoumis au Rassemblement national, en passant par la Macronie et Les Républicains, s’est inquiété ces dernières semaines de l’emprise de la justice sur la vie publique. Au lieu de s'interroger sur l'état de la corruption dans notre pays…

  • Un escroc du CO2 visé par deux mandats d’arrêt se montre au «MasterChef» israélien

    Par
    Eddie Abittan (visage entouré), sur le plateau du «MasterChef» israélien. Eddie Abittan (visage entouré), sur le plateau du «MasterChef» israélien.

    L’une des figures de l’escroquerie du siècle – l’affaire des quotas carbone – s’est montrée, samedi 21 septembre, au premier rang du public d’une célèbre émission de télé-réalité israélienne, la version locale de MasterChef, remportée par sa femme. Problème : lourdement condamné par la justice française, Eddie Abittan est visé par plusieurs mandats d’arrêt.