Karl Laske

J'ai rejoint Mediapart en mai 2011, après avoir été été journaliste à Libération de 1994 à 2011.

J'ai publié: Avec les compliments du Guide (avec Fabrice Arfi, Fayard, 2017), Les cartels du lait (avec Elsa Casalegno, Editions Don Quichotte, 2016), La Mémoire du plomb (Stock, 2012), Le Vrai Canard (avec Laurent Valdiguié, Stock, 2008, réédité en Points Seuil, 2010), Putsch au PS (collectif Victor Noir, Denoël, 2007), Machinations (avec Laurent Valdiguié, Denoël, 2006, réédité chez Pocket), Nicolas Sarkozy ou le destin de Brutus (collectif Victor Noir, Denoël, 2005), Des coffres si bien garnis, enquête sur les serviteurs de l'État-voyou (Denoël, 2004), Ils se croyaient intouchables (Albin Michel, 2000), Le banquier noir (Seuil, 1996).

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Venezuela: une élection pour dissimuler la corruption?

    Par
    La procureure générale Luisa Ortega brandissant la constitution © DR La procureure générale Luisa Ortega brandissant la constitution © DR

    La procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega Díaz, accuse le régime de Nicolas Maduro de vouloir se protéger, à travers l'élection de l'Assemblée constituante, des accusations de corruption qui pèsent sur lui dans l’affaire « Lava Jato ». Le président Maduro est mis en cause pour avoir reçu 35 millions de dollars d’Odebrecht et d’autres entreprises lors de la campagne de réélection du président Chavez, en 2012.

  • Venezuela: premiers morts face au coup de force de Maduro

    Par

    Boycottée par l’opposition, l’élection d’une assemblée constituante au Venezuela a provoqué de violents heurts. À 18 heures (minuit, à Paris), le bilan s'établissait à quatorze morts. Selon les autorités du pays, le taux de participation au scrutin s'élève à 41,53 %. Plusieurs pays voisins dont l'Argentine et la Colombie ont annoncé qu'ils ne reconnaissaient pas le résultat du vote.

  • L’opération anticorruption «Lava Jato» déborde au Pérou

    Par
    L'ancien président Ollanta Humala, suivi par sa femme, après l'annonce de leur incarcération, le 14 juillet. © DR L'ancien président Ollanta Humala, suivi par sa femme, après l'annonce de leur incarcération, le 14 juillet. © DR

    Un an après son départ, l’ancien président Ollanta Humala a été placé en détention provisoire ainsi que son épouse pour « corruption » après les révélations de Marcelo Odebrecht et du patron de l’entreprise brésilienne de BTP au Pérou. Président de 2001 à 2006, Alejandro Toledo est recherché, tandis que les noms de la fille de l’ex-président Fujimori et de l’ancien président Alan García apparaissent dans l’enquête.

  • Sortie de piste pour «le shérif» de la BAC de Rennes

    Par

    L'ex-patron de la Brigade anticriminalité de Rennes a été condamné à 10 mois de prison avec sursis, pour « violences », « faux en écriture publique » et « dénonciation calomnieuse ».

  • Affaire Pénicaud: le Quai d'Orsay et Bercy n'ont cessé d'alerter sur un contrat passé avec Havas

    Par
    Muriel Pénicaud, à l'Elysée, le 28 juin 2017 © Reuters Muriel Pénicaud, à l'Elysée, le 28 juin 2017 © Reuters

    Alors que la ministre du travail est fragilisée par l'ouverture d'une information judiciaire sur la « French Tech Night » de Las Vegas, Mediapart révèle qu'une vaste campagne, « Créative France », confiée à Havas pour 8 millions d'euros, est aussi suspectée de multiples dérapages. Durant des mois, les autorités de tutelle ont réclamé plus de transparence et alerté Business France, alors dirigée par Pénicaud, de possibles dérives financières.

  • Muriel Pénicaud est prise dans les filets de «l’affaire de Las Vegas»

    Par

    Des mails dévoilés par Le Journal du Dimanche montrent que l’ex-directrice générale de Business France, désormais ministre du travail, avait été alertée sur les risques juridiques pris par l’organisme, lors des préparatifs de la soirée « French Tech Night » à Las Vegas, en janvier 2016, autour d’Emmanuel Macron.

  • 14 juillet 1953: enquête sur un crime d’Etat à Paris

    Par
    Daniel Kupferstein © Dr Daniel Kupferstein © Dr

    Le 14 juillet 1953, la police a ouvert le feu sur la foule désarmée des manifestants algériens, place de la Nation à Paris, faisant 7 morts et près de 50 blessés par balle. Le documentariste Daniel Kupferstein a mené l’enquête sur les circonstances de ce crime dans un livre qui vient de paraître, Les Balles du 14 juillet 1953.

  • Noyé dans la Deûle: le meurtre «involontaire» des néonazis d’Ayoub

    Par
    Le 13 mai 2012, rue de Rivoli à Paris, devant Serge Ayoub, les deux JNR impliqués, à droite sur la photo, Yohan Mutte et Jérémy Mourain. © Lionel Préau Le 13 mai 2012, rue de Rivoli à Paris, devant Serge Ayoub, les deux JNR impliqués, à droite sur la photo, Yohan Mutte et Jérémy Mourain. © Lionel Préau

    Le 11 novembre 2011, le musicien Hervé Rybarczyk est mort noyé à Lille, poussé dans le canal de la Deûle par des néonazis lillois, membres des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), l’ancien « service d’ordre » de Serge Ayoub, aujourd’hui dissous. Les suspects, en partie identifiés depuis deux ans, ont été mis en examen, fin avril, pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

  • Affaire libyenne: les policiers remontent la piste des espèces de Sarkozy 2007

     © Reuters © Reuters

    L’enquête s’accélère. Éric Woerth, l’ancien trésorier de la campagne de 2007, a été entendu comme suspect par les enquêteurs et plusieurs secrétaires et responsables au QG de Nicolas Sarkozy ont été placés en garde à vue et perquisitionnés. Ils ont confirmé des rétributions en espèces et l’abondance de cash.

  • Ras l’Front, le réseau anti-FN qui s’est perdu depuis 2002

    Par
    Manifestants à Paris le 1er Mai 2017. © paris-luttes.info Manifestants à Paris le 1er Mai 2017. © paris-luttes.info

    Créé en 1990 à la suite d’un appel de 250 personnalités, le réseau Ras l’Front s’est éteint après 2002, avant que les questions identitaires n’envahissent le champ politique, à droite puis à gauche. Pour une partie de ses anciens animateurs, ce modèle de mobilisation est devenu inopérant, pour d’autres, un nouvel acte fondateur serait nécessaire.