Sophie Dufau

Journaliste à Mediapart. Je porte aussi des lunettes.

Sinon, des années à Libération, trois ans aux Inrockuptibles, auteur du «Naufrage de la psychiatrie» et de «Nos chères 35 heures» tous deux publiés chez Albin Michel en 2006 et 2008.

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Courtes propositions de films iraniens (1/6)

    Par
    Film de 8 min accessible dans l'article © Hadi Yaghinlou Film de 8 min accessible dans l'article © Hadi Yaghinlou

    L'ouverture du festival Cinéma(s) d'Iran (du 6 au 17 juin à Paris) est l'occasion de découvrir sur Mediapart six courts films de réalisateurs iraniens. Aujourd'hui, Pourquoi ce téléphone ne sonne-t-il pas ?, film d'animation de 8 min signé Hadi Yaghinlou.

  • Florence Weber : « Les non-dits de l'aide à domicile »

    Par
    Entretien vidéo dans l'article Entretien vidéo dans l'article

    Pour s'occuper de personnes âgées dépendantes et fragiles, il ne se trouve guère que des personnes dans une fragilité sociale, employées sous statut précaire et souvent mal rémunérées. Entretien avec la sociologue Florence Weber, qui a codirigé le livre Le Salaire de la confiance, l'aide à domicile aujourd'hui.

  • « Se battre » avec les pauvres

    Par
    Image extraite de « Se Battre » Image extraite de « Se Battre »

    Le film de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana sort en salle ce mercredi. Plus qu'un documentaire sur la précarité, Se battre filme aussi la fraternité, la générosité qui permettent à ceux dont les fins de mois se pensent en fin de semaine, de vivre encore avec des rêves. Pour Mediapart, les producteurs ont offert quatre vidéos des rushes du film.

  • Patrick Coupechoux: « La santé mentale ne soigne pas les psychotiques »

    Par
    Vidéo dans l'article. Vidéo dans l'article.

    Dans Un homme comme vous – Essai sur l'humanité de la folie, le journaliste Patrick Coupechoux démontre comment le concept de “santé mentale” exclut les grands malades psychiatriques.

  • Maylis de Kerangal, quand la modernité pulse

    Par et

    Elle s’affirme, de livre en livre, comme l’un de ces rares écrivains français qui écrivent la modernité, la technicité transcendée par l’humain. Lyrisme du béton ou de la salle d’opération, passionnants êtres ordinaires : résultat, Réparer les vivants est un livre qu'on lit comme un thriller, dont on se souvient comme d’un poème. Entretien et extrait en fin d'article.

  • Chine, Cambodge, Bangladesh: le réveil ouvrier

    Par

    Alors que le gouvernement cambodgien a fait tirer sur les ouvriers réclamant des hausses de salaire, ce documentaire de Michaël Sztanke raconte comment, de la Chine au Bangladesh en passant par le Cambodge, les multinationales délocalisent toujours vers le pays le moins disant socialement. Attisant aujourd'hui la colère des ouvriers.

  • Des femmes « dans la jungle » du monde politique

    Par
    Extrait du film « Dans la jungle », de Camille Froidevaux-Metterie et Laurent Metterie Extrait du film « Dans la jungle », de Camille Froidevaux-Metterie et Laurent Metterie

    Un monde dur, qui nécessite des sacrifices, et où même les femmes ne se font pas de cadeaux entre elles... En 2011 et 2012, la chercheuse en science politique Camille Froidevaux-Metterie a mené 57 entretiens avec des élues. Le réalisateur Laurent Metterie a eu la bonne idée d'en faire la synthèse en un film de 35 min.

  • Yvette, Boubié et les autres : caméra citoyenne au Burkina Faso

    Par

    Deux films de 20 minutes environ, l'un sur le travail d'une femme, l'autre sur le travail des hommes. Tous deux tournés dans un village burkinabé. Les réalisateurs sont les villageois qui ont saisi la caméra pour parler « des préoccupations pressantes qui sont les leurs ».

  • « Histoire de l'argent », une affaire très intime

    Par et

    L'argent, ah, l'argent. Une fiction, selon Aristote. Le prenant au mot, l'écrivain argentin Alan Pauls en a fait un roman. Avec sa fantaisie rigoureuse habituelle, son art de la digression, son humour. Retraçant à la fois une histoire de famille, et celle de son pays. Entretien vidéo et extrait en fin d'article.

  • Appelfeld, l’homme qui murmurait à l’oreille du lecteur

    Par et
    Vidéo dans l'article Vidéo dans l'article

    L’écrivain israélien Aharon Appelfeld est mort dans la nuit de mercredi à jeudi 4 janvier à l’âge de 85 ans. Enfant, il avait survécu, seul et caché, à la Shoah. À 14 ans, disait-il, il n’avait « plus de langue ». Son œuvre fut ensuite couronnée par de nombreux prix littéraires, dont le prix Médicis étranger en 2004, et le prix Israël. Nous republions un entretien réalisé avec lui à l’occasion de la sortie des Eaux tumultueuses en 2013.