Enquête sur les ravages du fantasme des 72 vierges

Par
Dans Enquête au paradis, le cinéaste algérien Merzak Allouache interroge la vision qu’ont du paradis des anonymes et des célébrités dans une Algérie bigote, notamment cette inégalité chère aux fondamentalistes d’un au-delà promettant 72 vierges aux hommes et rien aux femmes. Entretien avec l’actrice Salima Abada, rôle principal du film.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

MAGHREB EXPRESS © Mediapart

« Maghreb Express », l’émission de Mediapart qui donne la parole à celles et ceux qui nous racontent l’autre côté de la Méditerranée, poursuit son exploration de la société algérienne à travers son cinéma, avec le film de Merzak Allouache Enquête au paradis, à l’affiche actuellement en France. Cinéaste auquel on doit près d’une vingtaine de films, Allouache signe ici une œuvre très forte, en noir et blanc, à mi-chemin entre le documentaire et la fiction.

Il nous entraîne dans les pas de Nedjma. Jeune journaliste dans un quotidien algérois, celle-ci mène une enquête sur les représentations du paradis véhiculées par la propagande islamiste et les prédicateurs salafistes du Maghreb et du Moyen-Orient, à travers des vidéos sur Internet. Et notamment sur ce fantasme que 72 « houris », c’est-à-dire 72 vierges, attendent le bon musulman au paradis – « des vierges à la peau blanche garantie sans Nivea ni vaseline », assure un cheikh !

La force de cette docufiction, qui croise les visions que se font de l’au-delà des citoyens lambda et des figures intellectuelles, tout en essayant de remonter à la source propagandiste en interrogeant les prédicateurs – ici les cheikhs Chemsou et Hammadache –, c’est l’état des lieux qu’elle esquisse de la société algérienne, avec beaucoup de sensibilité, de sobriété et d’humour. La grande Biyouna, interviewée, résume ainsi : « Dans la vie, ils galèrent avec une seule [femme – ndlr], et là-bas ils en veulent soixante-douze. » En questionnant tout à la fois le désir spirituel du paradis dans la croyance de l’islam, mais aussi les fantasmes religieux et la propagande porno-islamiste, Allouache radiographie une société bigote, meurtrie par la folie fratricide islamiste des années 1990, tout autant qu’une jeunesse sans perspective économique et sociale, cible rêvée pour les fondamentalistes. Entretien vidéo avec Salima Abada, l’actrice principale.

Enquête au paradis, de Merzak Allouache. Documentaire algérien, avec Salima Abada, Younès Sabeur, Aïda Kechoud (2 h 15). Actuellement en salles en France.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale