Les sportistes sont-ils racifs?

Par
Sans être le stade suprême du racisme, le sport moderne est perclus de préjugés originels. Pierre de Coubertin, aveuglément glorifié, incarne une vision «racialiste» des jeux du stade, censés magnifier les nations supérieures. Parti pris en forme de retour aux sources et à leurs miasmes...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je pense donc que le mot dégénéré, s'appliquant à un peuple, doit signifier et signifie que ce peuple n'a plus la valeur intrinsèque qu'autrefois il possédait, parce qu'il n'a plus dans ses veines le même sang, dont des alliages successifs ont graduellement modifié la valeur; autrement dit, qu'avec le même nom, il n'a pas conservé la même race que ses fondateurs; enfin, que l'homme de la décadence, celui qu'on appelle l'homme dégénéré, est un produit différent, au point de vue ethnique, du héros des grandes époques.»