Le peuple comme menace, une nouvelle mode éditoriale

Par

Dans la foulée des appréhensions liées au moment populiste que vivent les démocraties libérales, une parole scientifique et éditoriale affiche son inquiétude, voire sa défiance, vis-à-vis du peuple, perçu comme une menace pour la démocratie. Plusieurs publications récentes illustrent cette « peuplephobie ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On ne compte plus les ouvrages sur le populisme, dont rares sont ceux qui, à l'instar des analyses de Jacques Bidet, Gérard Bras ou Jan-Werner Müller, permettent de mieux élucider un terme que la professeure de théorie politique Margaret Canovan désignait, dès 1981, comme « l’un des mots les plus confus du vocabulaire de la science politique ».