Octobre 17. Jacques Sadoul, un bolchevik caméléon et carriériste

Par

Jacques Sadoul (1881-1956), envoyé à Petrograd en 1917 par le ministre socialiste français Albert Thomas, prend le parti de la révolution et devient un stratège de la survie en milieu hostile. Portrait d'un observateur souvent sagace mais trop habile pour être honnête...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment un tel homme put-il se prendre – à défaut d’être pris – pour « le Lénine français » (1), de Petrograd à Odessa en passant par Moscou, entre 1917 et 1919 ? Jacques Sadoul (1881-1956) a incarné avec fougue et ambiguïté une forme d’engagement séditieux confinant au name dropping rouge : le communisme sembla parfois chez lui le stade suprême de l’insoumission mondaine. Bref, voici un bourgeois parisien saisi par la révolution russe, qu’il sut prendre au berceau. Non sans arrière-pensées carriéristes : un chamboulement planétaire peut aussi s’avérer bureau de placement...