«Le Débat» est mort, les idées sont vivantes

Par

La fin d’une revue d’idées n’est jamais une bonne nouvelle. Mais les motifs invoqués par Pierre Nora pour annoncer la fin de la parution du Débat, revue publiée depuis quarante ans chez Gallimard, révèlent surtout la fossilisation de toute une génération d’intellectuels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le prochain numéro de la revue Le Débat, publiée chaque mois depuis quatre décennies par les éditions Gallimard, sera le dernier. C’est ce qu’a annoncé son fondateur et directeur emblématique, l’historien Pierre Nora, dans un édito intitulé « Quarante ans, fin et suite », dans lequel il avance les raisons, économiques mais surtout « d’ordre intellectuel », de mettre un terme à la parution de ce qui a été une référence de l’édition française et un pilier de la vie des idées, alignant les signatures prestigieuses, de Jürgen Habermas à Robert Badinter en passant par Claude Lévi-Strauss ou Carlo Ginzburg.