Le pass Culture procure surtout des passe-droits

Par Antoine Pecqueur

Promesse centrale de la campagne d’Emmanuel Macron, le pass Culture touche peu de jeunes et enrichit ceux qui gouvernent son expérimentation chaotique. Mélange des genres entre public et privé, outil culturel devenu instrument politique, fossé entre le coût du dispositif et les dépenses culturelles effectuées : enquête sur le fiasco de la Macronie culturelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Festival de Besançon : 1. Centre dramatique national d’Aubervilliers : 4. Musée des Beaux-Arts de Quimper : 0. Théâtre du Maillon de Strasbourg : 12. Ces chiffres correspondent au nombre de jeunes qui sont allés dans ces structures culturelles grâce au pass Culture. Une promesse de campagne d’Emmanuel Macron offrant une enveloppe de 500 euros à chaque jeune de 18 ans pour des dépenses culturelles, par le biais d’une application dédiée.