Le collège de déontologie baroque du ministère de la culture

Par

Mis en cause dans l’affaire des indemnités de la Caisse des dépôts, Jean Picq, et un conseiller d’État, Alain Ménéménis, siègent pourtant dans la commission de déontologie du ministère de la culture. Ce dernier en est le président, sur proposition du vice-président du Conseil d’État.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le vice-président du Conseil d’État, Jean-Marc Sauvé, qui est aussi le président du conseil d’administration de l’École nationale d’administration, est connu pour ses prises de position sur les questions éthiques et fait sans cesse valoir qu’elles sont décisives dans la conduite de l’action publique. Côté cour, c’est en tout cas la posture qu’il aime prendre. Mais côté jardin, il semble que l’esprit de corps l’emporte sur toute autre considération : c’est en tout cas la conclusion qui vient immanquablement à l’esprit quand on prend connaissance de l’étrange composition du tout nouveau collège de déontologie qui vient de voir le jour au ministère de la culture. Sur proposition de Jean-Marc Sauvé, c’est en effet le conseiller d’État Alain Ménéménis qui en prend la présidence, lequel a été mis en cause… sur une question éthique concernant la gouvernance de la Caisse des dépôts et consignations (CDC).