Grothendieck, une explosion de maths qui bouleverse la physique (2/3)

Par

Amoureux de la pure mathématique, Alexandre Grothendieck abhorrait la physique, qu'il assimilait à la bombe d'Hiroshima. Pourtant, ses concepts très abstraits sont en passe de devenir des outils standard de la physique quantique. Deuxième volet de notre série sur le grand mathématicien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 1972, invité au CERN, à Genève, Alexandre Grothendieck donne une conférence exceptionnelle intitulée « Allons-nous continuer la recherche scientifique ? ». Dans le temple européen de la physique des particules, devant une assemblée de chercheurs de haut niveau, le mathématicien se livre à une charge dévastatrice contre la recherche scientifique, stigmatise les applications militaires, en premier lieu la bombe atomique, et conteste l’utilisation « pacifique » de l’énergie nucléaire. Il dénonce « une recherche de pointe » qui menace « la survie de l’humanité », et « la vie tout court sur la planète ». Il prophétise la fin de la science, la disparition de « la mathématique tout entière », et le « dépérissement » des recherches sur les particules élémentaires (l’enregistrement de cette conférence est accessible ici).