Octobre 17. Raïssa Bloch, de la Maison des arts de Pétrograd au camp d'Auschwitz

Par Agnès Graceffa

Poétesse mais aussi historienne, issue de la bourgeoisie juive intellectuelle, Raïssa Bloch participe à l'effervescence artistique du Pétrograd révolutionnaire. Jusqu'à ce que la répression s'abatte. Les chemins de l'exil la conduisent à Berlin puis, alors qu'elle fuit le nazisme, en France. Cernée par la police de Vichy, venant en aide aux enfants juifs cachés, elle est arrêtée en 1943 et périt à Auschwitz.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le vent par hasard m’apporta
Ces quelques mots futiles et doux :
Jardin d’été, Fontanka, Neva
Ô mots lointains, où allez-vous ?
[1] »