Camus-Chiaromonte: correspondance et belles-lettres

Par Cécile Dutheil (En Attendant Nadeau)

Albert Camus rencontra Nicola Chiaromonte (critique littéraire, éditeur, penseur antifasciste italien) à Alger. Et ils ont tenu correspondance pendant 14 ans. L’édition de ces lettres est une plongée dans le monde intellectuel de l’après-Seconde Guerre mondiale et dans l’art de la littérature que ces deux-là partageaient.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Il y a à peu près treize ans, on s’est rencontré sur la plage d’Alger – vous en souvenez-vous ? Vous étiez en compagnie de vos amis – on a déjeuné ensemble. Vous tous m’avez accueilli comme l’un de vous. […] Et c’est resté comme ça par la suite : un lien direct et simple – né d’un rapport humain des plus beaux et vrais : l’hospitalité. » Albert Camus et Nicola Chiaromonte ont échangé des lettres de 1945 à 1959.