Krzyzanowski, l'auteur que même Staline négligea

Par

Quand Vadim Perelmouter, chercheur et essayiste russe, a lu pour la première fois Sigismund Krzyzanowski, celui-ci était mort depuis 29 ans. « Génie négligé » devenu miraculé de la littérature : depuis 1989, le monde découvre progressivement cet écrivain majeur. Sacré bonheur de lecture, tel ce Rue involontaire paru cette année.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aujourd’hui, les récits, nouvelles, et textes divers (chez lui, même les longueurs ne sont pas conformes) de Sigismund Kzryzanowski sont traduits dans toute l’Europe. Aux États-Unis et en Angleterre, la critique littéraire s’enthousiasme (voir ce qu’en écrit Adam Thirlwell sous la page Prolonger de cet article). On le compare ou l’apparie à Kafka, Poe, Beckett, Swift, Hoffmann ou Borges : prescience et intuition d’une époque, absurde, déconstruction narrative, références culturelles revisitées. Écrasant ? Même pas mal. En somme, Krzyzanowski, né en 1887 et mort à Moscou en 1950, sera passé sans transition de l’oubli total au statut de classique. Après tout, n’avait-il pas inventé un coupe-temps dans l’un de ses récits, Souvenirs du futur, où il s’agissait de « forcer le présent, le passé et l’avenir à changer de place à volonté, comme des dominos » ?