Grisélidis Réal, généalogie d’une «putain et écrivain»

Grisélidis Réal, morte en 2005, voulait qu’on inscrive sur sa tombe : Ecrivain, peintre, prostituée. Deux nouveaux livres viennent compléter le portrait de cette «catin révolutionnaire».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Illustration 1
Grisélidis Réal © 

Grisélidis Réal, morte en 2005, voulait qu’on inscrive sur sa tombe : Ecrivain, peintre, prostituée. Et, comme l’écrit Jean-Luc Hennig dans la biographie qu’il lui consacre, «un seul cri lie tous ces mots», nécessaires, pour dresser, ensemble, un portrait fidèle de cette «prostituée artiste», également surnommée la «catin révolutionnaire».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal