Céline, Maurras, Chardonne: faire face

Par

De récents cas mémoriels, Céline, Maurras et Chardonne, nous invitent non à patauger dans un passé nauséabond ni à le censurer, mais à l'examiner. Cap au pire, en toute connaissance de cause, avec recul critique et débat démocratique !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans Les Beaux Draps (1941), sous l'occupation nazie, Céline conçoit le meurtre des juifs : « Bouffer du juif [NB : Un astérisque renvoie en bas de page à une précision de l’auteur : “J’entends par juif, tout homme qui compte parmi ses grands-parents un juif, un seul !”], ça ne suffit pas, je le dis bien, ça tourne en rond, en rigolade, une façon de battre du tambour si on saisit pas leurs ficelles, qu’on les étrangle pas avec. »