«Des jours sans fin». Sur les sentiers de la guerre et du bonheur

Par Claude Grimal (En attendant Nadeau)

On connaît le talent de Sebastian Barry pour raconter des existences irlandaises allant à contre-courant des grands mouvements ou des récits historiques. Dans Des jours sans fin, il s’intéresse au parcours de deux jeunes gens faméliques confrontés aux atrocités du XIXsiècle américain : le massacre des Indiens et la guerre de Sécession.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sebastian Barry est à la fois poète, dramaturge et romancier. Comme d’autres écrivains irlandais de sa génération – Colm Toibin, Roddy Doyle, Anne Enright – il a remis en question les versions convenues de l’histoire irlandaise en plaçant au centre de son œuvre les individus qu’elle a marginalisés ou condamnés.