Fukushima, laboratoire de la résilience

Par

L’accident de la centrale de Fukushima et la contamination des régions alentour furent l’occasion de mettre en place une « politique de la résilience » que le chercheur Thierry Ribault décrit comme une pure technologie du consentement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il ne s’écoule plus guère de semaines sans que le label « résilience » soit accolé à telle ou telle initiative, en particulier dans le domaine environnemental, à l’instar du projet de loi « Climat et résilience » dont l’examen a débuté lundi 8 mars à l’Assemblée nationale.