Le «Faust» de Sokourov primé à Venise

Par
Le cinéaste russe Alexandre Sokourov a triomphé lors de la 68e Mostra de Venise avec son Faust, œuvre virtuose qui a ébloui les festivaliers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après un Festival de Cannes au niveau très relevé, la 68e édition de la Mostra de Venise qui s'est achevée le 10 septembre 2011 a confirmé la belle richesse du cinéma d'auteur international. Alors que le directeur artistique du festival, l'Italien Marco Mueller, avait ouvert grand les portes aux réalisateurs anglo-saxons, la récompense suprême est toutefois allée – à l'unanimité – à un maître de l'Est, Alexandre Sokourov, auteur d'un Faust époustouflant. Récompense logique et très méritée, tant le cinéaste russe a fait preuve d'une maîtrise supérieure de son art en livrant cette vision vertigineuse, radicale et enfiévrée de l'œuvre classique de Goethe, tournée en langue germanique et baignant dans l'expressionnisme allemand. Il termine ainsi une ambitieuse tétralogie consacrée à la folie du pouvoir, entamée il y a douze ans avec Moloch, qui se penchait sur la figure d'Adolph Hitler.