La rage française au miroir de Jacques Doriot

Par

France 3 diffuse à 23 h 55, ce jeudi, un excellent documentaire de Joseph Beauregard consacré à Jacques Doriot. Une occasion capitale de réfléchir à la trajectoire, grosse d’enseignements, d’un fasciste français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il faut prendre le temps de regarder le document d’archives ci-dessous, que l’Ina conserve et communique non sans une certaine gêne – cf. le déroulant placé au début en guise d'avertissement. Nous sommes le 21 avril 1944, quatre mois avant les combats de la libération de Paris. Les pires collaborationnistes se rassemblent, mais le cœur n’y est plus. Ces gens-là ne se retrouveront désormais dans la capitale que pour enterrer l’un des leurs : Philippe Henriot en juillet, puis, terminus tout le monde descend, Ramon Fernandez en août. Il y aura bien, en guise de rabiot, la sinistre équipée de Sigmaringen, mais ce ne sera plus qu’un vague réchauffé parmi de fantomatiques dépotés…