Raphaëlle Branche: «Il était temps que l’Etat admette sa responsabilité»

Par

L’historienne Raphaëlle Branche, dont les travaux avaient établi l’ampleur et le caractère systémique de la torture pendant la guerre d’Algérie, réagit à la déclaration d’Emmanuel Macron. « L’acte politique est posé », se réjouit-elle. « Cela me paraît important comme historienne, parce que cela fait vingt ans que les faits sont établis », ajoute-t-elle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Raphaëlle Branche est historienne. Ses travaux ont établi l'ampleur des pratiques de tortures dans l’armée pendant la guerre d’Algérie et en ont montré le caractère systématique. Son livre, La Torture et l'Armée pendant la guerre d'Algérie, 1954-1962, issu de sa thèse, est paru chez Gallimard en 2001.