Adam Ross: «Nous investissons davantage dans le virtuel que dans le réel»

Par
Mr. Peanut, premier roman de l'écrivain américain Adam Ross, peinture au vitriol du mariage, arrive en France précédé d'un véritable buzz: sélectionné parmi les meilleurs livres de l'année 2010 par le New Yorker comme le New York Times, adoubé par Richard Russo et Stephen King. Qu'en est-il vraiment?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mr. Peanut, premier roman de l'écrivain américain Adam Ross, arrive en France précédé d'un véritable buzz: sélectionné parmi les meilleurs livres de l'année 2010 par le New Yorker comme le New York Times, adoubé par Richard Russo et Stephen King («C'est l'approche la plus fascinante du côté sombre du mariage depuis Qui a peur de Virginia Woolf? Captivant. Cela m'a provoqué des cauchemars. Un exploit»). Le texte serait, lit-on, un savant mélange entre Bret Easton Ellis et Raymond Carver. Grand écart garanti.