Au-delà des caricatures

Par

Le pugilat actuel qui prend à nouveau l’islam comme support exige non seulement des précisions terminologiques, mais aussi une éthique du débat public et des choix politiques réaffirmés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un torrent de tweets incendiaires et de petites phrases vicieuses vise les prétendus « idiots utiles de l’islamisme », au premier rang desquels se trouveraient Mediapart, mais aussi toutes celles et tous ceux qui refusent de poser une équation ainsi rédigée : musulmans = islamistes = salafistes = djihadistes. Et ce, même s’il est évident de rappeler que les personnes de croyance ou culture musulmane (musulmans) ne se confondent pas avec les personnes faisant de ce référent islamique la base d’un engagement politique (islamistes), qui ne sont pas eux-mêmes superposables aux musulmans ayant une lecture rigoriste du Coran (salafistes) ou à ceux ayant décidé de faire de l’islam le carburant d’une guerre sanglante (djihadistes).