Les écrivains sont pauvres, et plus encore les femmes

Alors que s'ouvre le Salon du livre à Paris, Mediapart publie en exclusivité les premiers chiffres sur l'évolution des revenus des écrivains. Ils confirment le ressenti des auteurs : il est de plus en plus difficile de vivre de sa plume. Et la boulimie des éditeurs (+ 114 % de titres publiés en 20 ans) n'arrange pas les choses.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Salon du livre, rebaptisé cette année Livre Paris, ouvre ses portes le 16 mars. La précédente édition avait été marquée par un événement sans précédent, de mémoire d'amateur de littérature : une manifestation d'écrivains. Plusieurs centaines d'auteurs avaient défilé dans les travées du salon pour dénoncer leur précarisation et leurs difficultés croissantes à vivre de leur plume.